mercredi 1 janvier 2014

Les Eveilleurs T3 : L'alliance de Pauline Alphen


Edition : Hachette
Grand format
Parution : 04/07/2012

360 pages



Résumé : Les Trois Vallées ne sont plus la région paisible où ont grandi les jumeaux. Le château a été incendié, les routes ne sont plus sûres et le petit village isolé de Salicande est attaqué par des bandits portant des armes surgies des Temps d'Avant. Revenue de l'île dans ce monde changé et qui lui est inconnu, Claris chemine seule vers le Nomadstère pour y accomplir ce qu'elle pense être son destin : devenir Nomade de l'écriture. De son côté, Jad poursuit ses explorations dans les limbes, guidé par Gabriel, et les limbes s'avèrent être un univers lui aussi soumis aux surprises et aux changements. A Salicande, se réunissent tous autres personnages : Ugh, de retour des limbes se retrouve héros malgré lui ; Blaise, qui arrive en compagnie de l'énigmatique Peuple des Arbres ; Maya, qui est là avec Ellel et Blanc-Faucon. Ensemble, ils vont s'attacher à comprendre les nombreuses énigmes qui sillonnent l'univers des Eveilleurs.

Mon avis : Une fois de plus, P. Alphen nous transporte dans un magnifique voyage grâce à son écriture.
J’admire sa façon d’écrire, de jouer avec les mots, un style qui lui est propre et unique ! Lire les éveilleurs est un pur plaisir pour les yeux !
Tout est décrit dans le roman : les personnages, les lieux, absolument tout. Et nous arrivons fort bien à nous représenter les scènes. S’il y a un livre que je ne voudrais pas qu’il soit adapté en film c’est bien celui là de peur que le réalisateur m’enlève mes propres images de la tête et m’impose qu’une seule façon de voir le roman.
Ce tome reste plein de mystères, avec quelque chose de rationnel et d’irrationnel, un peu magique avec les anges et autres faits inexpliqués.
Quelle joie de retrouver Claris, mon personnage préféré. A chaque fois que nous l’abandonnions pour suivre le récit d’un autres personnage je n’avais qu’une hâte : revenir à la narration de son récit ! Dans ce tome, Claris a mûri mais elle a encore beaucoup de choses à apprendre. Elle va découvrir le monde et ses dangers, un monde fort différent de Salicande. C’est un peu comme le passage de l’innocente enfance à une réalité plus mature.
Justement, nous quittons Salicande en direction du Nomadstère fort loin de là. Cela nous permet de visiter de nouvelles terres aux coutumes très différentes. Dans ce roman, l’auteure saute de Salicande à Frontière, une ville marchande. Ces deux villes présentent un fort contraste. La première est modeste et met en valeur le partage de la production de simplement des biens nécessaires, l’autre se veut plus luxueuse pour qui peut se le permettre avec ses hôtels de luxe, son salon de thé, sa multitude de boutiques (ce qui n’existe pas à Salicande).
Il n’y a pas une grande avancée dans l’intrigue, tout reste encore bien mystérieux et on a l’impression que peu de temps s’est écoulé au cours de ce tome. A tous ceux qui reprocheraient cela au roman, je répondrais que les éveilleurs est un voyage long dans lequel nous apprenons aux côtés des personnages. Les enseignements qu’ils reçoivent nous servent aussi notamment sur les temps d’avant (ou plus ou moins notre époque et notre futur proche).
A travers son roman, P. Alphen nous met un peu en garde sur les risques des évolutions technologiques mal contrôlées. Des armes ultra perfectionnées, les moyens de communication ultimes (sur lesquels on pourrait aussi s’interroger sur la place de la vie privée), etc.
En bref, j’ai beaucoup aimé ce livre dont la saga est vraiment ma préférée. C’est un livre merveilleux à lire si on l’aborde avec une autre approche que celle d’une simple lecture car il ouvre une porte vers la réflexion.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire