vendredi 27 décembre 2013

Tara Duncan T9 : Contre la reine noire de Sophie Audouin-Mammikonian


Edition : XO Editions
Grand format
Parution : 22/09/2011
512 pages



Résumé : « Certainement pas ! »
À la stupéfaction générale, Tara, le jour de ses seize ans, refuse catégoriquement de devenir impératrice d’Omois, alors que sa tante, Lisbeth, annonce qu’elle abdique en sa faveur. Et la stupeur devient terreur quand Tara s’incarne en... Reine Noire ! Démoniaque, prête à tout pour accéder au pouvoir, elle était tapie au fond de Tara depuis que celle-ci a utilisé la magie dans les Limbes, et attendait son heure...
Tara est obligée de fuir AutreMonde, car on veut la mettre aux arrêts afin de bloquer la Reine Noire. Il lui faut aller sur Terre, arrêter Magister. Elle sait aussi que, tôt ou tard, elle devra affronter celle qui vit en elle. Est-ce une entité démoniaque ? Ou la part la plus sombre d’elle-même ? Laquelle finira par dominer l’autre ?
Amour, humour et magie sont au rendez-vous de cette nouvelle aventure de Tara Duncan et de ses amis. Plus que jamais, Tara doit faire face à son destin. Sera-t-elle la future Impératrice d’Omois ? Ou le diabolique Magister aura-t-il raison d’elle ?

Mon avis : J’ai bien aimé même si je reste mitigée concernant la saga. Le roman reste agréable et rapide à lire.
Première chose : ce tome là m’a un peu réconciliée avec le style de l’auteure même si je trouve qu’il reste trop simple et trop familier (et des fois j’ai du mal à accrocher à certains passages dans lesquels l’auteure marque trop sa présence). Elle a tout de même réussi à me faire rire à quelques blagues, mais justes les plus courtes (ne dit-on pas que les plus courtes sont les meilleures ?).
J’ai toutefois l’impression que l’histoire dérive trop du fil conducteur, le titre « contre la reine noir » est selon moi mal choisi. Il ne correspondant qu’au cent dernières pages du texte, et il n’y a pas beaucoup d’action (l’histoire s’étale peut être sur un peu trop de longueur).
Certains passages restent aussi trop « enfantins » qui me donnent l’impression que l’auteure n’a pas su faire évoluer son écriture en même temps que ses premiers lecteurs ont vieilli.
De même, on ne ressent plus la même intrigue qu’il y avait au départ (Magister, la découverte d’Autremonde, même si là c’est encore un autre lieu j’ai moins été fascinée).
Le personnage de Tara m’énerve toujours autant car j’ai l’impression que tout est trop facile pour elle. L’auteure l’a fait devenir trop puissante, elle s’en sort tout le temps trop facilement dans chaque situation.
Par contre, j’adore le personnage de Moineau qui s’affirme toujours plus en temps que femme contrairement à Tara qui, pour moi, est restée très jeunes dans ses attitudes et son comportement. Pareil pour Cal qui me fait juster bien marrer, même s’il n’a toujours pas gagné en maturité (mais ça c’est un comportement normal je dirai). Enfin, Yes! Robin n’est plus mis au centre comme l’homme (et elfe) rêvé par toutes les filles.
Par contre, pourquoi tous les auteurs se sentent-ils obligés de sacrifier de supers intrigues pour une histoire gnangnan d’amour. Ce n’était pas comme ça dans le premier tome et ce n’est pas pour autant qu’on ne l’a pas aimé, non ? Sinon on n’aurait pas persisté jusqu’au tome 9 ! Il faut quand même voir que les premiers lectures ont 18-20 ans, alors certes l’auteure veut conquérir plus de public, mais est-ce que l’ancien public reste toujours captivé ? (Cet avis n’engage que moi, peut être que certains ne sont guère touché par cet aspect là).

En bref, j’attends juste avec la même impatience qu’il y a neuf ans (si j’ai bien compté) de découvrir qui est Magister, et l’auteure à quand même réussi à améliorer la qualité du livre par rapport aux précédents derniers (très français comme phrase, n’est-ce pas ? :)). Et j’espère que le tome 10 finira comme un feu d’artifice (même si le titre que lui a attribué l’auteure pour l’heure me fait appréhender le contenu).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire