jeudi 24 octobre 2013

Les Bannis et les Proscrits T4 : Le Portail de la Sor'cière de James Clemens

© Anne-Claire PAYET / Bragelonne 2013
Edition : Milady
Format poche
Parution : 21/01/2011
800 pages



Résumé : Elena et son armée de hors-la-loi ont vaincu les suppôts du mal qui occupaient l’île de Val’loa et déverrouillé les secrets mystiques du Journal Sanglant. Mais durant la bataille, l’infâme Seigneur Noir a mis en place les portails du Weir auxquels il puise l’essentiel de son pouvoir. Pour les trouver et les détruire, les alliés d’Elena embarquent pour de dangereuses destinations à bord de vaisseaux aériens…
Aucun des rebelles ne rentrera indemne et certains ne reviendront pas. Elena elle-même, dans l’antre de son ennemi juré, parviendra-t-elle à découvrir l’identité du Seigneur Noir ?
 
Mon avis : Pour la quatrième fois, j’ai A.D.O.R.E. Encore une fois J. Clemens parvient à nous transporter dans l’aventure et à nous surprendre par les tournures que prend l’histoire, les divers et variés rebondissements.
Ce coup-ci, les personnages vont avoir à se séparer en trois points du monde et au-delà jusqu’en de sombres lieux. L’auteur à découper la narration dans le texte de façon à se que chaque moment ait sa partie distincte des autres. Mais bien sur, il nous laisse un petit suspens de l’un à l’autre !
L’histoire commence à Val’loa où il faut décider d’un plan d’action. Elena va s’affirmer en temps que meneuse des différents groupes d’alliés, et je commence à l’apprécier un peu plus que l’ancienne Elena frêle qui nous sort des pouvoirs n’importe comment. Son frère Joach va de son côté se rapprocher d’une étrange personne, Kesla, en mission dans la cité pour trouver une solution à la menace qui s’en prend à son peuple. C’est là la première quête. Il va aussi être décidé que Méric irait rejoindre Mycelle et les autres pour la seconde quête. Enfin, la pierre Sanguine de Tol’chuk va révéler la troisième quête.
Ces quêtes comme je les appelle ont pour but la destruction des portails du Weir dans le Seigneur Noir tire sa puissance. Ces-dernier ont été placés à des endroits éloignés, difficile d’accès et dangereux. Pour la première fois nous allons aussi mettre les pieds au Gul’gotha.
Dans son parcours, le personnage de Joach va d’autant plus se dévoiler à nous. C’st un modeleur aux pouvoirs impressionnants. Mais il va devoir affronter encore une fois Greshym, et son orgueil va lui faire perdre un bien des plus précieux pour plus d’une personne. J’aime bien ce personnage qui se découvre en même temps que nous le découvrons, et c’est tellement triste quand il ne peut laisser de place à ses sentiments pour le bien de l’humanité…
Dans le Nord, Kral va se battre pour retrouver la gloire de son peuple. De même, Nee’lahn va retrouver un vieil ami qui va lui remettre le souffle d’espoir pour son peuple. Par là l’auteur nous montre qu’il reste quand même du bon qui peut naitre derrière la mort. Pour réussir leur mission, chaque personnage va avoir son lot de souffrances soit physique (l’un d’eux va échanger sa vie contre l’accomplissement de la prophétie), et d’autres sont d’ordre moral (et sont souvent les plus durs). Bref, l’auteur nous atteint par les sentiments en touchant à ces personnages auxquels ont a pu s’attacher auparavant.
Petite parenthèse, je hais Mogweed. Si j’étais Fardale je l’aurais déjà renié en temps que frère. Quand on sait qu’il préfère sauver sa propre personne quitte à laisser définitivement son frère derrière lui… beh je suis bien contente que son vœu ne soit qu’à moitié accompli. Franchement, ça m’horripile de voir des personnages héroïques mourir pour les autres alors que lui s’en tire toujours à bon compte !!! Encore une preuve de la cruauté du monde.
Dernière destination, le Gul’gotha. Elena est accompagné par les n’ains et les el’phes. La reine va d’abord empêcher la sor’cière de poursuivre et aurait pu réussir si les dangers qui règne sur cette terre ne s’en étaient pas pris à la cité volante. Pour cette reine ont éprouve de la rancœur puis de la pitié pour elle car, finalement, on se rend compte que sa seule motivation est le bien de son peuple et on ne peut pas lui en vouloir de le faire passer en priorité surtout qu’elle n’a pas eu de relation avec les autres peuples auparavant.
Les liens entre Elena et Er’ril sont de plus en plus ambigu, à la fois ils éprouvent des sentiments forts pour l’autre mais en même temps ils gardent une certaine distance comme s’il restait un obstacle entre eux. Je dois vous avouer que ça commencer un peu à m’énerver car on ne sait pas trop où l’auteur veut en venir.
Eux et nous allons aussi faire une terrible découverte à propos des origines de Tol’chuk.
L’auteur termine son histoire avec la première d’une dernière bataille. Ce que j’apprécie chez cet auteur c’est qu’il ne laisse pas une histoire en suspens, sur une insoutenable tension (enfin quelqu’un qui pense à nos pauvres nerfs !)
Pour résumé le tout, J. Clemens partage efficacement la noirceur des événements. Ceux-ci nous paraissent affreusement réels et il est dur de rester impassible à la lecture. Malgré ses 750 pages, le livre se lit rapidement, il sait nous tenir en haleine. Enfin, l’histoire est très bien ficelée et on ne peut se perdre même si elle fait preuve d’une certaine complexité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire