jeudi 24 octobre 2013

Les Bannis et les Proscrits T3 : La Guerre de la Sor'cière de James Clemens

© Anne-Claire PAYET / Bragelonne 2013
Edition : Milady
Format poche
Parution : 06/11/2009
800 pages



Résumé : La magie sanglante est un pouvoir ravageur. La jeune Elena le tient entre ses mains… et bien plus encore.
Car tout dépend du Journal Sanglant, un puissant talisman forgé cinq siècles auparavant. Seuls les secrets contenus dans ses pages permettront à Elena de vaincre le maléfique Seigneur Noir. Malheureusement, le Journal Sanglant est caché à Val’loa, la cité légendaire sur laquelle règne Shorkan, le bras droit du Seigneur Noir.
Pour s’en emparer, Elena aura bien besoin de ses compagnons, dont le guerrier manchot Er’ril, le seul homme capable de déverrouiller les protections magiques, ou encore de son dragon Ragnar’k…
 
Mon avis : Un troisième tome qui se montre tout aussi palpitant que les premiers !
Celui-ci recèle énormément de mystères, et l’action est au rendez-vous. A peine on sort d’une situation qu’une nouvelle prend place amenant un danger encore plus grand.
L’histoire se découpe en deux temps, et tout d’abord il s’agit de l’avant-guerre où les personnages soit se retrouvent pour former la force de combat, soit suivent un chemin autre que la guerre du fait d’autres prophéties ou sous la contrainte. De ce fait, Mycelle, les deux si’lura et Kral ne participeront pas à la bataille de Val’loa. A partir de ce moment-là, nous ne les retrouvons dans le texte que quelques pages à la fin où une nouvelle surprise vient encore nous surprendre. Dans ce sens, je trouve ça bien qu’on passe sous silence leur nouvelle quête afin d’éviter de casser le rythme du récit.
Du côté de Sywen et Kast, les me’rai cherchent à trouver d’autres alliés chez les dre’rendi même si leur passé commun a installé des tensions entre eux. La révélation que les origines de ces-derniers et l’entreprise que monte la me’rai vont leur permettre de se rallier pour la guerre.
Elena, quant à elle, se réaffirme toujours un peu plus dans son rôle de femme et Sor’cière. Elle devient de jour en jour plus puissante même si l’on craint qu’elle ne cède totalement à son pouvoir.
Un autre personnage va aussi exercer de la magie noire : son frère Joach. Celui-ci est aussi un tisseur et va voir un bout de l’avenir dès le début du tome. Ce fragment est perçu pour les autres comme un rêve car Er’ril qui s’y trouve possède deux bras au lieu d’un seul. Néanmoins, Joach se montre sur ses gardes et recommande sans cesse à sa sœur d’en faire de même. Le destin est cependant dur à éviter, même avec la plus grande prudence comme le montra la suite du texte. De notre point de vue, nous avons beau imaginer tous les scénarii incluant cette scène, et bien nous ne tombons finalement pas sur le bon. Personnellement, je n’ai pas réussi à deviner ce qui a provoqué la scène ni ses conséquences !
Er’ril va se retrouver lors d’un combat prisonnier. Il va jouer un rôle à l’intérieur de Val’loa étant la clef du Journal Sanglant, et c’est en suivant ce personnage qu’on s’aperçoit des manigances de Greshym.
Vient après le moment de la bataille. Nous avons le point de vue externe à la cit » avec Sywen sur le dos de Ragnar’k. Il nous montre le côté presque impossible d’une victoire contre les créatures du Gul’Gotha. Aussi, lorsque la m’rai cherche à empêcher les el’phes de détruire la cité, nous ressentons avec force l’intensité de la scène et son désespoir nous frappe durement alors que la lutte est fort difficile.
Un autre groupe de personnages va réussir à s’infiltrer dans Val’loa, et très vite ces compagnons vont avoir à séparer alors que des dangers les attendent. Elena va une fois encore affirmer sa puissance, notamment en anéantissant tout un groupe de skal’tum, mais aussi en aidant miraculeusement Mama Freda (je n’en dirai pas plus).
Er’ril va lui aussi faire bouger les choses en assurant sa survie et en s’emparant du Journal Sanglant. Mais là encore, rien n’est gagné temps qu’ils ne sont pas en sureté et n’ont pas rejoint ses compagnons…
L’histoire se termine par des promesses toujours plus grandes, et même si une bataille est remportée la guerre est loin d’être finie. Sans compter les plans toujours plus complexes et sombres du Seigneur Noir.
En bref : un super tome où il est impossible de s’ennuyer malgré les presque huit cent pages !!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire