mercredi 30 octobre 2013

Le cycle d'Ezoah T1 : Ezoah de Bertrand Ferrier et Maxime Fontaine

Edition : Intervista
Grand format
Parution : 17/11/2005

378 pages



Résumé : Quand le rêve devient réalité, le cauchemar n'est pas loin... Du haut de son donjon délabré, le vieux Gardien n'en peut plus. Ses mondes tombent en ruine. Sa mémoire se détraque. Il le lui reste qu'une chose à faire : rêver. Et Ezoah dans tout ça ? La voilà qui court à perdre haleine sous une pluie de couleurs. Si elle ne rejoint pas le Gardien avant son réveil, les mondes disparaîtront, et elle avec !
 
Mon avis : Ce livre que j’ai lu il a quatre-cinq ans s’adresse au huit-neuf ans, et pourtant j’ai quand même pris plaisir à cette relecture.
Les auteurs ont réussit à mettre en place un univers très complexe. Ils ont imaginé des créatures parfois complètement farfelues dans un monde –enfin, des au nombre de sept- totalement déjantés. Chaque monde a sa spécificité comme le monde inverse où les enfants, par exemple, apprennent à l’école à ne rien faire.
Il y a un côté absurde et amusant dans ce cadre particulier. Nous avons des images plein la tête de ces drôles d’endroits qu’on aimerait visiter.
L’histoire démarre rapidement, il n’y pas de bouts de texte superflus. Le problème est clair : les mondes vont mal car leur Gardien vieillit, et des enfants de notre monde vont sur retrouver coincés dans ces mondes fantastiques, découvrant tour à tour les bizarreries qu’ils recèlent.
Le premier enfant est Ezoah, et comme son prénom est aussi le titre du tome 1, nous comprenons rapidement qu’il s’agit de l’héroïne. Ce qui est bien c’est que les mondes, et en premier le monde animal, se dévoilent à travers les yeux de la petite fille, et finalement on ne se sent pas mis à l’écart de cette étrange aventure.
Ezoah rencontre ensuite Sven. Ce garçon est présenté comme quelqu’un qui tape très vite sur les nerfs : il n’arrête pas de parler et il est toujours en train de faire ses adieux dans les moments critiques. Pourtant, nous l’apprécions dans le fond tout comme Ezoah l’apprécie même si ce n’est pas une évidence pour elle les premiers temps.
Ce récit est rythmé et on ne s’ennuie pas. A peine les enfants sont sortis d’une galère qu’ils rencontrent un nouveau problème ! Les pages se tournent très vite, et la lecture est facilitée pour les plus jeune grâce à une écriture simple, et tout à fait innocente (en bref, c’est à l’opposé d’Anita Blake :) ).
En bref, c’est une lecture agréable et je dirai à chacun de tester pour se faire sa propre idée car il est possible de trouver plaisir à lire ce livre en étant adultes, mais en même temps je pense qu’il faut quand même avoir conservé une âme d’enfant prête à ressurgir pour vraiment s’intégrer à l’univers.
En tout cas je le recommande fortement à tous les fans d’Arthur et les minimoys (de la même édition) qui est tout à fait dans le même état d’esprit (tout en ayant chacun leur propre originalité !).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire