mercredi 23 octobre 2013

Merry Gentry T1 : Le baiser des ombres de Laurell K. Hamilton


Edition : J’ai lu
Format poche
542 pages




Résumé : « Il y a plein de gamines qui rêvent de devenir un jour princesse chez les fées mais, croyez-moi, c’est complètement surfait !
A l’agence de détectives Grey, personne ne sait qui je suis la Princesse Meredith NicEssus. Cela veut dire que j’ai réussi à cacher ma véritable identité à une tripotée des meilleurs médiums de la ville. Une belle prouesse. Mais mon glamour ne me rend pas immortelle. Et puisque mon cousin veut ma mort, il vaut mieux que je me planque. Le fait que le jeu « Chercher la Princesse » soit devenu plus célèbre que « Cherchez Elvis » m’a facilité les choses, c’est évident : la Princesse Meredith dansant à Paris, flambant à Las Vegas… Après trois ans, je fais toujours la une de la presse à scandale. Cela dit, à en croire les derniers gros titres, je suis aussi morte que le King. »
 
Mon avis : Ma première impression : une intrigue qui accroche dès le départ. Néanmoins, j’étais comme obligée de lire très lentement ces premières pages pour pouvoir en comprendre le contenu. L’histoire est vraiment complexe et parfois ça devient un peu dur à suivre.
C’est l’histoire de la princesse Meredith, une « brownie » qui n’est ainsi pas acceptée parmi les siens, malgré son rang. Le récit débute par son nouveau cadre de vie dans une agence de faë où l’on ignore son appartenance aux sidhye.
L’histoire suit un schéma narratif classique, facilement identifiable. Après cette situation initiale vient l’élément perturbateur : les personnes qui l’entourent découvrent  qu’elle est la princesse Meredith recherchée par sa tante après une mission qui a failli mal tourner.
Viennent ensuite les péripéties qui arrivent en rebond. Je vais m’expliquer à l’aide d’une image bateau : visualisez une mer dessinée grossièrement par des bosses et des creux, c’est un peu près cette idée là. Au final, Merry est toujours confrontée à un danger cherchant sa mort. Un coup il semble venir d’Andais, sa tante, et ensuite de Cel, son cousin.
Des personnages s’immiscent dans l’histoire au fil des chapitres. Merry « perd » en quelque sorte de vue ses collègues de l’agence et son petit ami à qui elle a réussi à faire recouvrir sa véritable nature grâce à des pouvoirs latents. Puis, l’héroïne s’entoure de nouveaux compagnons qui vont par la suite, devenir ses amants sous les ordres de sa tante. L’auteur décrit avec aisance ces liens qui se développent, et le rôle des sentiments et très marqué dans ce roman.
Le tome 1 se porte surtout sur le nouveau tournant de la vie de Meredith : elle retourne à la cour unseelie, laquelle l’avait rejetée toute sa vie violemment, alors qu’elle découvre peu à peu ses nouveaux pouvoirs (dont tout le monde la pensait dépossédait) qui s’avèrent être très puissants. Sa tante la charge d’obtenir un enfant avec Cel, ce qui lui permettrait un accès au trône. Malheureusement, alors que Merry commence à se faire acceptée par des personnes qui autrefois se montraient agressives à son égard, une autre veut la voir morte (et elle est d’autant plus fragile qu’une de ses origines fait d’elle un être mortel). Cela l’amène à faire certains compromis, en autres avec des gobelins.
Après, je trouve le livre un peu trop long : environ 540 pages avec une police de petite taille, et parfois on a du mal à en voir le bout. Je pense qu’il aurait pu être raccourci du fait de la trop importante place qui est donné aux scènes érotiques. Je ne dis pas que tous les passages sont inutiles, certains sont nécessaires au cadre de l’histoire qui repose sur ce principe même, mais d’autres n’apportent pas réellement quelque chose au déroulement de l’histoire tandis qu’elles s’éternisent sur parfois tout un chapitre. Aussi, n’oublions pas que c’est de l’urban fantasy et j’éprouve quelques difficultés avec ce genre (j’ai eu ce même recul avec Les chroniques de MacKayla Lane de Karen Marie Moning).
Au final, c’est une histoire bien cadrée et accrocheuse, même si la fin m’a paru un peu plate par rapport au reste du texte. Je pense qu’à l’occasion je lirai la suite.

Je ne regrette pas ma participation à cette lecture commune sur Club de Lecture alors que je ne pense qu’un jour j’aurais pu lire ce roman de ma propre initiative. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire