jeudi 2 janvier 2014

Les Chevaliers d'Emeraude T12 : Iranieth d'Anne Robillard

Ó Editions Michel Lafon

Edition : Michel Lafon
Grand format
Parution : 01/01/2011

463 pages



Résumé : Pressé par l'ennemi, Onyx adoube les Écuyers, les jugeant capables de se débrouiller seuls. Mais la perte du grand commandant de l'armée continue de démoraliser les Chevaliers. Déchiré par le chagrin, l'un deux quitte même les rangs.
Malgré les bons soins dont l'entourent les araignées, Liam dépérit, comprenant qu'il ne reverra plus jamais sa famille et ses amis, Mais ces derniers ne l'ont pas oublié et feront tout en leur pouvoir pour lui venir en aide.
Acceptant enfin son destin, la princesse rebelle se porte au secours du porteur de lumière et des Chevaliers d'Émeraude qui subissent les attaques répétées de l'Empereur Noir. Cependant, Asbeth a préparé un piège pour elle...
C'est finalement sur Irianeth qu'a lieu le dernier de tous les combats, Mais qui s'en sortira vivant ?

Mon avis : Ce dernier tome clôt une très longue saga sur une note positive même si je reste mitigée sur la globalité de la série.
Ce que l’on attendait depuis le tout début, la prophétie concernant Lassa, s’est enfin réalisée ! Douze tome est un peu long, on en oublie même parfois l’intrigue de base, sachant que les derniers tomes s’enchaînent les uns aux autres sans qu’il y ait de grosses évolutions qui justifient la multiplication des tomes.
Néanmoins, je trouve que la saga a su s’améliorer à mesure de son développement. L’intrigue était plus forte vers la fin qu’au départ (le début a été très long à démarrer). Et finalement, le tome douze, comme ses prédécesseurs, se lit facilement, on n’est pas lassé et surtout s’est une lecture très agréable du fait du beau style d’écriture de l’auteure.
Dans ce tome, les personnages évoluent beaucoup et pleins d’autres apparaissent ou se développent… si bien que j’ai l’impression que certains personnages perdent de leur caractère en étant noyé dans la masse d’individus. Je pense par exemple à Onyx qui manifeste beaucoup moins sa haine envers les Immortels et son empressement (pour ne pas dire qu’il s’est pratiquement effacé de l’histoire).
Malgré tout, d’autres personnages évoluent ce qui créé des rebondissements qui pimentent le récit.
Les attaques d’Amecareth viennent aussi nourrir le récit et la fin imminente de l’histoire se fait sentir dès les premières pages se qui nous accroche au tome.
La fin se termine sans surprise. Comme on dit, tout est bien qui finit bien pour les personnages mais les dernières pages donnent l’impression que tout ce qui s’est passé, comme la guerre, a été effacé en un rien de temps.
Dernier regret : certains éléments n’ont pas beaucoup été exploités tels que les Territoires inconnus, les autres peuples (celui des araignées), la description des conséquences de la guerre d’usure menée (beaucoup moins marquée dans ce tome).
En conclusion, si vous êtes déjà familier à la lecture fantasy, cette saga n’est pas faite pour vous. C’est une saga jeunesse (cela se sen par le fait que l’auteure laisse toujours ses personnes dans un sentiment de bonheurs sans grands maux en définitif) qui trouve son intérêt pour les jeunes lectures s’initiant au genre en proposant une lecture simple et agréable.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire