jeudi 24 octobre 2013

Hunger games T3 : La révolte de Suzanne Collins

Edition : Pocket jeunesse
Grand format
Parution : 05/05/2011
432 pages



Résumé : Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu'elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair : Katniss n'est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses amis et tous les anciens habitants du district Douze sont visés par la colère sanglante du pouvoir. Pour sauver les siens, Katniss doit redevenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion. Quel que soit le prix à payer.
 
Mon avis : Ce dernier tome est juste… incroyable ! La cerise sur le gâteau ! Il clôture en beauté cette merveilleuse saga.
Avant d’aller plus loin, je tiens à vous mettre en garde : je n’affirme pas clairement le contenu du livre car j’ai horreur des spoilers. Néanmoins, il se peut que ma chronique étant assez développée offre certains indices qui pourraient vous amener à réfléchir sur ce à quoi ils aboutissent. Aussi, si vous préférez garder la surprise jusqu’au bout et ne pas la gâcher, passer directement du paragraphe suivant au dernier paragraphe.
Bonne lecture !
 
Celui-ci n’a rien d’amusant. La situation prend une ampleur sans mesure : les districts commencent à se rebeller sous la poussée du district treize.
Katniss est encore une fois l’héroïne qui n’a rien d’un personnage extraordinaire. L’utilisation du présent nous permet de ressentir toutes les émotions négatives qui la traversent, les doutes que nourrit son cerveau. Elle reste une figure ordinaire aux divers défauts : désobéissante, rancunière, de mauvais tempérament… Et puis, ce n’est pas la fille au physique parfait, mais plutôt la fille dont le corps est marqué de tous ses combats. C’est ce qui rend ce personnage si appréciable, Katniss est finalement quelqu’un de réaliste, l’auteure montre ainsi que tous les grands noms de l’histoire ont une facette sombre.
Katniss est le geai moqueur. Elle comprend que c’est pour cela uniquement que le district treize l’a sauvée dans l’arène. Et c’est donc pour cela qu’elle leur en veut. Elle va néanmoins s’acquitter de cette tâche pour parvenir petit à petit à son but personnel.
Elle ne semble apprécier la compagnie de personne, même pas celle de Gale avec lequel leur relation était déjà tendue bien avant les jeux. De plus, les retrouvailles avec Peeta ne se présentent pas comme celles qu’elle espérait. Cela la renferme d’autant plus dans sa haine pour le monde, et elle ne semble plus avoir le goût de vivre : pour elle tout est claire, elle n’aura pas à choisir entre l’un des deux garçons car une fois le président Snow tué elle pourra enfin s’abandonner dans les bras de la mort.
Peeta joue un rôle quand même essentiel. C’est le moyen de Snow pour atteindre de loin Katniss et la faire souffrir. Il va aussi se révéler un véritable danger pour son amie.
Katniss peut s’appuyer sur d’autres acteurs, même si elle ne s’en rend parfois pas compte. Haitmich, Finnick, Johanna… pleins de personnes qui finalement lui ont permis de survivre, et Katniss comprend dans ce tome certaines vérités à propos de ces personnages qui vont lui faire revoir son jugement. Toutefois, elle doit quand même faire attention car elle est la cible numéro un du Capitole, et Coin, la présidente du treize, ne la voit pas d’un très bon œil.
Avant l’assaut final, Katniss participe à plusieurs missions dans les autres districts. Elle doit surtout produire de belles images en signe de la rébellion pour la télévision et pour servir la cause de la révolte. Là encore, les médias apparaissent comme des facteurs essentiels des sociétés. En autre ici, la guerre est devenue une « guerre des ondes ».
Enfin arrive la mission pour renverser le Capitole. Le groupe de Katniss est d’abord tenu en sûreté  ses membres ne sont là que pour satisfaire la télévision. Puis, les circonstances vont amener Katniss à pouvoir poursuivre dans sa propre mission, même si cela va signer certaines morts… (dont je ne dirai pas les noms, même sous la torture !). Jusqu’au bout la mission est désespérée et semble sans issue.  Surtout que la malheureuse va être obligée de revivre une sorte d’ « expérience Rue » comme j’ai décidé de le nommer (si vous faites le lien temps mieux, mais je n’en dirai pas plus !).
Même à la fin, les choses arrivent de manière tout à fait imprévisible (grr, ça m’est pénible de devoir me taire tous les deux mots). Katniss en fera selon son jugement jusqu’à la dernière minute (voilà tout, je ne veux rien spoiler donc… comprenez ce que vous voulez comprendre).
Les dernières pages montrent le retour à une existence « normale » pour Katniss. Au départ elle agit (ou plutôt n’agit pas) dans le but de tout laisser tomber, elle se laisse mourir à petit feu comme si son âme s’était déjà éteinte. Puis une heureuse venue va lui permettre de panser ses plaies internes. Il y aussi un épilogue de plusieurs années après. Même si certaines blessures ne pourront jamais guérir, Katniss finit finalement par connaître le bonheur.
J’ai l’impression d’avoir oublié pleins de trucs alors que je suis au terme de mon explication.
 
En tout cas, Hunger games est un livre génial et je ne comprends pas pourquoi il fait parti comme « littérature jeunesse » car tout le monde peut le lire, c’est quand même une histoire plutôt dure à lire, face à laquelle on ne peut pas rester insensible.
En refermant le livre, je me suis sentie très bizarre. Une sorte de poids s’était formé dans mon ventre, peut être dû au fait que j’ai réalisé à ce moment là que c’était la fin de l’aventure. J’étais heureuse pour le sort final de Katniss, mais en même temps je me suis rendue compte de la véritable horreur qu’a été ces deux dernières années pour elle et ce qu’elle a du enduré jusqu’au bout. Me dire que j’ai son âge me touche d’autant plus.
Hunger games est un livre qui laisse à réfléchir sur notre monde, nos modes de vie, les médias, la recherche du pouvoir politique… Surement l’incontournable de notre époque qui persistera à travers le temps et ne cessera de toucher toujours plus de lecteurs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire