samedi 9 novembre 2013

La Prospérité du vice : Une introduction (inquiète) à l'économie de Daniel Cohen

Edition : Le livre de poche
Format poche
Parution : 06/04/2011

320 pages



Résumé : Ce livre étonnant est un voyage qui montre comment l’économie façonne la société. Une immense fresque aussi, qui fait passer de l’empire romain à celui d’Hollywood, de la crise des années 30 à celle des subprimes, de l’Allemagne du Kaiser à la Chine contemporaine. Un voyage inquiet, hanté par une question : comment l’Occident, qui a arraché l’humanité au règne de la faim et de la misère, a-t-il pu finir sa course dans le suicide collectif des deux guerres mondiales ? La question n’est pas seulement rétrospective. Le monde s’occidentalise aujourd’hui à vice allure : les tragédies européennes pourraient-elles se répéter, en Asie ou ailleurs ? La planète pourra-t-elle éviter un nouveau suicide collectif, écologique cette fois ? Comme la crise financière l’a brutalement rappelé, une incertitude d’ordre systémique plane sur le capitalisme : sait-il où il va, où il entraîne le monde ? Telles sont les questions graves dont dépend le XXIe siècle. Ce qui est frappant ici, c’est l’extraordinaire clarté de Daniel Cohen : jamais on n’avait retracé l’histoire de l’humanité et les incertitudes qui pèsent sur son avenir avec une telle concision, un tel sens des formules et une érudition, délivrée avec tant de sobriété.

Mon avis : J’étais assez réticente à le lire car il m’est imposée dans un objectif de devoirs de vacances. Et là, j’ai été agréablement surprise.
Dès les premières pages le livre se montre intéressant. L’auteur commence depuis le tout début de l’économie avec l’agriculture pour en arriver à notre époque.
Les diverses théories économiques sont bien expliquées ce qui rend le livre accessible pour tous (il rempli bien son rôle d’ « introduction à l’économie »).
Ce qui a beaucoup d’intérêts à mon goût c’est de faire le constat de notre situation économique car on prend conscience de notre nouvelle attraction au risque (le livre explique bien la crise des subprimes) et de la nécessité d’agir pour l’écologie (en nous mettant en garde contre la même menace qui a touché les grandes civilisations).
L’auteur montre aussi comment nous avons évolué d’une société agricole à celle de l’industrie puis à celle des services, et par-là nous comprenons notre passé (qui se répète en quelque sorte avec les pays émergents) et cela nous permet de mieux comprendre notre présent et d’imaginer l’avenir.
Donc c’est pour moi un livre très bien expliqué qui je vous invite fortement à découvrir. Et on sait lui trouver de l’intérêt, il se lit facilement.
Bien entendu, ayant fait trois ans d’économie déjà certaines choses présentées me sont familières, donc je ne saurais certifier à 100% qu’un lecteur n’ayant jamais fait d’économie comprenne certains points d’un seul coup à la première lecture (mais je ne pense pas qu’il y a vraiment de soucis de ce côté-là, la clef étant de lire lentement car en diagonale c’est sur qu’on se perd).
Dernier message à tous les lycéens qui se lancent dans la filière économie : lisez-le ! Non seulement il vous préparera à comprendre certains morceaux de leçons (surtout que les cours survolent certains points que le livre approfondit plus), mais ça vous fera aussi de la culture générale qui est très valorisée dans les devoirs (et donc au bac !).
N’hésitez plus, découvrez ce livre tout en y prenant plaisir !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire